Le musée du vitrail

Découvrez le musée du vitrail à Chartres, un lieu historique, des techniques ancestrales, des vitraux contemporains…

Visite groupe Visite groupe

Lieu unique en France, le musée du Vitrail est installé à 50 mètres de la cathédrale de Chartres dans le cellier de Loëns, l’un des plus remarquables celliers gothiques de France, classé Monument historique. Le musée du vitrail présente des collections de vitraux anciens et contemporains, un parcours d’interprétation des vitraux de la cathédrale, des ateliers de maître-verriers, une collection inédite de vitraux de la Renaissance de Chartres.

À découvrir absolument !

Le programme de visite comprend :

  • l’entrée au musée du vitrail.
  • une démonstration détaillée des techniques de création d’un vitrail verre et plomb (coupe des verres antiques, montage des baguettes de plomb, peintures, évolution des techniques du moyen âge à nos jours).
  • une visite guidée des expositions et des collections de vitraux de la Renaissance présentées dans le musée.

 

Téléchargez ici le programme d’accueil des groupes 2017

 

La grange aux dîmes de Loëns, à Chartres

L’enclos de Loëns, dépendant du Chapitre cathédral, constituait autrefois un vaste ensemble à l’extérieur du cloître de la cathédrale : il comprenait un cellier, un grenier, une prison et un four banal. Le bâtiment aux trois pignons du rez-de-chaussée abritait l’ancienne grange aux dîmes. Il accueille, depuis 1980, le Centre international du Vitrail. En sous-sol, l’immense salle voûtée, était, à l’origine, le cellier aux dîmes.

Une architecture gothique remarquable

Le cellier gothique de Loëns est l’un des plus remarquables de France. Le style de construction de ses voûtes ogivales indique qu’il remonte vraisemblablement au règne de Philippe-Auguste, vers 1200. Durant votre visite au musée du Vitrail, vous pourrez admirer l’architecture du cellier aux dîmes, qui comporte trois nefs égales, trois travées de 21 croisées d’ogives supportées par 20 consoles appuyées dans les murs latéraux et 12 colonnes à chapiteaux.

Voyage dans les temps médiévaux à Chartres

À l’origine, la dîme du clergé était une pratique de piété. Elle devient obligatoire dès le IVe siècle. Les redevances au titre de cette dîme et les revenus des fermages sur les terres (appelés champart) possédées par le Chapitre, étaient versés en nature. Le vin et divers autres produits étaient entreposés dans le cellier. Le froment, l’épeautre, le méteil ou l’avoine étaient stockés à l’étage supérieur. Le blé était mesuré et porté aux moulins à eau de Chartres en fonction des besoins. Les boulangers le cuisaient ensuite au four banal, appelé le four du Boêt. La dîme était aussi perçue sur les produits vignerons, le comté de Chartres comprenant, outre les champs de céréales, de nombreux petits vignobles.

Le cellier de Loëns du XVIIe siècle à nos jours

À la Révolution française, la salle de Loëns fut nommée Maison de Conciliation, puis fut transformée en magasin des subsistances militaires. Après l’invention en 1895 du cinématographe, le cellier de Loëns devint une salle de cinéma : on y présenta les films des frères Lumière. Entrepôt municipal jusqu’à la fin du XXe siècle, classé Monument Historique, sa restauration a permis l’installation et l’ouverture du Centre international du Vitrail en 1980, inauguré par le Président de la République Valéry Giscard-d’Estaing et le fondateur Pierre Firmin-Didot.

 

Inauguration du Centre du Vitrail à Chartres en 1980